×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

UMP: Peltier et Didier veulent créer la « Droite forte »

+A -A
AFP
Le 23.07.2012 à 17:56
UMP: Peltier et Didier veulent créer la « Droite forte »
© AFP
Les sarkozystes Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, tous deux secrétaires nationaux de l'UMP, ont annoncé lundi à l'AFP leur intention de créer un nouveau mouvement à l'UMP, la « Droite forte », qu'ils situent à mi-chemin entre les Humanistes et la Droite populaire.

 « La Droite forte, c'est la droite de demain, c'est la droite qui a le sarkozysme pour fondation, la France pour espérance, l'Europe comme horizon et le peuple comme boussole », soulignent dans un communiqué les deux trentenaires, pour qui « le sarkozysme n'est pas une nostalgie » et constitue « bien plus qu'un héritage ».

Ce mouvement entend représenter la droite « juste, moderne et courageuse » et « le socle de nos valeurs pour l'avenir ». « Entre les Humanistes et la Droite populaire », deux autres mouvements sur les rails à l'UMP, « nous voulons incarner le courant central de la droite de demain », ajoutent MM. Peltier et Didier, qui avaient été très actifs pendant la campagne de Nicolas Sarkozy.

La Droite forte, dont la création avait été esquissée dès le lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle par Brice Hortefeux, fidèle parmi les fidèles de l'ancien président, devrait être officiellement lancée le 15 septembre à Paris, lors d'un « rassemblement des parrains et référents départementaux » du mouvement, avant la présentation d'une motion au congrès de l'UMP, le 18 novembre.

Outre l'élection du président de l'UMP, le congrès sera en effet aussi l'occasion d'entériner la création des « mouvements », une disposition prévue dans les statuts fondateurs de 2002 mais jamais appliquée jusqu'à présent.

Ceux qui voudront officialiser un « mouvement » déposeront une motion et la soumettront au vote des militants, à condition qu'elle ait été parrainée par 10 parlementaires issus d'au moins 10 fédérations. Les mouvements ayant franchi la barre des 10% de votants seront représentés, à la proportionnelle, dans toutes les instances de l'UMP.

Plusieurs courants du parti, notamment les « Humanistes » (sensibilité centriste) de Jean-Pierre Raffarin et la « Droite populaire » (aile droite de l'UMP) de Thierry Mariani, ont déjà annoncé leur intention de se constituer en mouvement.

Guillaume Peltier, qui a fait un passage au Front national et au MPF de Philippe de Villiers avant de rejoindre l'UMP, et Geoffroy Didier, conseiller régional d'Ile-de-France, ont « deux priorités » au sein de la Droite forte: « assumer notre fierté d'être de droite » et « être plus offensifs face à une gauche irresponsable, dépensière, démagogique et laxiste ».

« Pour reconquérir les territoires perdus et rendre inéluctables les victoires de demain, nous devons gagner la bataille de la communication et de la pédagogie à droite », insistent-ils.

Les sarkozystes -au premier rang desquels Brice Hortefeux et Christian Estrosi- ont par ailleurs pris l'initiative de créer en mai une « Association des amis de Nicolas Sarkozy ». Ils organisent leurs premières rencontres les 23 et 24 août à Nice, ville dont M. Estrosi est maire.